Maurohi Banner : De l’élection de Miss Punaauia au CMMPF

Nous sommes allés à la rencontre de Maurohi Banner, instructrice de dossiers au centre des métiers de la mer de Polynésie française. La semaine dernière, elle organisait une formation « sécurité sur navire à passager », un exercice pratique se déroulant sur le navire Tahiti Nui.

Nous sommes allés à la rencontre de Maurohi Banner, instructrice de dossiers du centre des métiers de la mer de Polynésie française. Celle qui fut première dauphine de Miss Punaauia 2013 a trouvé sa voie dans le domaine maritime en postulant au CMMPF en 2019.

La semaine dernière, elle organisait une formation « sécurité sur navire à passager » permettant à des marins de tous niveaux de valider leurs acquis. Un exercice de sauvetage a été organisé sur le Tahiti Nui dans le cadre de cette formation.

Parole à Maurohi Banner :

Quel est ton parcours ?

« J’ai commencé au CMMPF en août 2019. J’ai posé une candidature et j’ai été acceptée. En travaillant ici, j’ai trouvé ma voie professionnelle alors qu’à priori je n’avais pas de connaissance dans ce milieu. Je ne me vois plus travailler ailleurs. Le monde maritime c’est ma voie. J’aime le contact avec les marins, j’apprends à les connaître parce que je les revois chaque année. Cela crée des liens, c’est ce qui me plaît, le contact avec le public. »

En quoi consiste votre poste au sein du CMMPF ?

« Je suis instructrice de dossiers. Je m’occupe des formations spécifiques qui consistent à valider les acquis des marins, des capitaines. En fait, ils viennent s’inscrire et tous les cinq ans, ils ont des modules à valider pour que leurs brevets soient toujours valables. On constitue un dossier puis je leur donne les consignes, par exemple qu’il faut avoir des chaussures fermées etc…tout ce qu’il faut savoir avant la formation. »

Quelle sont les particularités de ces formations ?

« Ce sont des formations courtes sur maximum une semaine. Celle d’aujourd’hui s’intitule « sécurité sur navire à passager ». On va faire un exercice pratique sur le navire Tahiti Nui basé à la flottille administrative. On va faire une évacuation des passagers, certains vont jouer les personnes malades ou en panique, comme moi ! Ces formations sont quasiment toutes validées car ce sont des marins qui reviennent tous les cinq ans. Il s’agit de leur quotidien à bord dans la vraie vie. Ils viennent juste valider leurs acquis. »

Ce sont des formations importantes ?

« Tout ce qui touche à la sécurité, c’est important. La sécurité maritime est aussi importante dans tous les secteurs : dans la pêche, le commerce où dans la plaisance. C’est obligatoire d’avoir le minimum requis pour pouvoir naviguer. Au niveau des profils, on a un peu tous les niveaux, du simple marin au capitaine illimité, dans les secteurs de la pêche comme du commerce. Aujourd’hui on était accompagnés du formateur, on était une dizaine d’élèves. On a également simulé les conditions d’un incendie, on a dû évacuer…»

Un dernier mot ?

« Venez essayer ! Le CMMPF est là pour vous informer, vous accueillir. Notre département est constitué de trois instructeurs de dossiers et on sera là pour répondre à toutes vos questions et pour vous aider à constituer votre dossier. »




Formations associées