Manea Hutchinson : « J’ai envie d’évoluer dans mon domaine »

D’après Manea Hutchinson, le brevet capitaine 500 qu’il vient de commencer va lui permettre d’évoluer. « Il y a de nombreuses opportunités sur les bateaux », à condition d’avoir les bons diplômes.

Il est âgé de 23 ans. Il travaille sur les bateaux de croisière depuis quelques temps, notamment sur le Haumana et l’Aremiti où il a été second. «Mais pour pouvoir exercer à ce poste, il m’a fallu des dérogations. Je veux travailler dans les règles et pouvoir saisir les opportunités qui se présentent à moi », explique-t-il. « C’est pourquoi je suis inscrit. » Il ne travaille plus, son dernier contrat à durée déterminée s’est terminé il y a peu. Il se consacre à 100% à sa formation.

Le brevet capitaine 500 est une formation qui permet d’exercer les fonctions de capitaine sur les navires armés au commerce d’une jauge brute inférieure ou égale à 500 UMS et ne s’éloignant pas à plus de 200 milles des côtes.

6 mois de formation

Ce brevet ramène Manea Hutchinson sur les bancs de l’école pour six mois. « Ça change de la mer, mais c’est pour une courte durée, alors ça va. » Il aimerait ensuite, une fois le brevet validé (il lui faut, pour cela, des temps de navigation) poursuivre avec d’autres formations. « Je vise le BC 3000. »

S’il a l’opportunité d’aller travailler à l’étranger, il ira « pour l’expérience », mais son objectif est de rester dans le Pacifique. Il a d’ailleurs des pistes en Polynésie. « J’ai gardé de bons contacts avec mes anciens employeurs. Si je valide mon brevet, ils auront du travail à me proposer. »

Aucun jour ne se ressemble

Manea Hutchinson a toujours voulu être capitaine. « Ce que j’aime c’est la vie en collectivité. Et puis le fait qu’on n’ait pas d’habitude, il n’y a pas de routine en mer, aucun jour ne se ressemble. »
Il connaît ses faiblesses. « Tout ce qui touche à la stabilité, tout ce qui est en rapport avec le chargement des navires, l’état de la mer, le déplacement des charges. C’est beaucoup de calcul. » Il ne craint pas les obstacles. Pour réussir, il planifie des plages horaires de travail personnel en plus de ses semaines de cours.

 




Formations associées