Le CMMPF en déplacement à Nuku Hiva

Le Centre des métiers de la mer de Polynésie française (CMMPF) en déplacement à Nuku Hiva en prévision de l’ouverture prochaine de sessions de formations professionnelles en faveur du secteur de la pêche et des activités nautiques touristiques.

A la suite des sessions délocalisées du certificat de pilote lagonaire et du certificat de patron de pêche lagonaire et cultures marines organisées depuis le début de l’année à Bora Bora, Rurutu, Tautira et Makemo, en faveur de près de soixante- dix stagiaires, c’est sous l’impulsion du ministre de l’Agriculture, de l’économie bleue et du domaine en charge de la recherche, M. Tearii Te Moana Alpha soutenu par le Gouvernement et la commission de l’assemblée de la Polynésie française en charge du secteur maritime que le directeur du Centre des Métiers de la Mer de Polynésie française (CMMPF), M. Georges A MAI accompagné du responsable des sessions de formations délocalisées M. Timi LOPEZ, ont poursuivis leur déplacement sur Nuku-Hiva en prévision de l’ouverture des prochaines sessions délocalisées envisagées pour 2022. 

C’est avec le concours et le soutien du président de la Codim et Maire de Nuku Hiva M. Benoît KAUTAI et Mme Myrna PETERANO, Tavana hau p.i de la circonscription administrative des Marquises que le CMMPF bénéficiera sur zone de la logistique technique nécessaire pour la tenue des sessions du certificat de pilote lagonaire, du certificat de patron lagonaire pêche et cultures marines ainsi que du brevet de capitaine de pêche côtière qui démarreront dès le 7 février jusqu’au 24 juin prochain.

Huahine ouvrira dès le 1er février les formations délocalisées du certificat de pilote lagonaire et du certificat de patron pêche lagonaire et cultures marine. Parmi les nombreuses demandes des communes de nos archipels éloignés, Teva I Uta et Taiarapu Ouest sont également au programme. Une session sera dédiée pour la toute première fois aux professionnels du secteur perlicole.

2022, le CMMPF met le cap sur le développement pluriannuel des formations professionnelles délocalisées

Motivés par l’esprit d’entreprenariat et les perspectives de développement des activités nautiques maritimes, de croisières, touristiques, aquacole, perlicole, agricole et de pêche, les demandes de formations en provenance des quelques îles et atolls avoisines à ce jour près de 800 candidats toutes sessions confondues.

Georges A MAI