Rino Jr Moearo : « Un pied dans le monde de la mer »

Rino Jr Moearo, diplômé d’un BEPC (1), s’apprête à obtenir son certificat d’initiation nautique option pêche. Son rêve ? Devenir armateur. En attendant, il connaît le parcours et le suit avec patiente. Il encourage à le suivre car, dit-il, la formation est accessible à tous.

Le certificat d’initiation nautique option pêche (CIN – pêche) est une formation de 393 heures qui proposent des sessions pratiques et théoriques. « Tout le monde y a accès » assure Rino Jr Moearo. « J’ai un BEPC1 et je veux devenir armateur, c’est la première étape de mon parcours », dit-il motivé.

Âgé de 28 ans, il est originaire de Mahina où il a grandi. « Mais toute ma famille a toujours été dans la perle. Mon père notamment était chef de ferme à Marutea, j’allais toujours là-bas pendant les vacances, j’ai toujours été près de l’eau, ça m’a donné le goût de la mer. »

Il a été plongeur pendant quelques temps. Il a obtenu le DPP1 qui lui a permis de travailler à 20 mètres puis le DPP2, pour travailler à 40 mètres. Mais il fini par démissionner car lui préfère la pêche. « Moi c’est le poisson, pas la perle. Les bonites, les carangues, au large mais aussi la chasse dans le lagon, je suis un grand fan. »

Pour atteindre son but, il sait qu’il doit passer et valider un certain nombre de formation. « Je dois aller à l’école pour passer les portes de l’océan. »

Première étape : le CIN – pêche.
« On a commencé le 16 avril, on s’arrête le 28 juin. On aura notre examen. Je suis confiant, je sais que je l’aurais. » Il dit avoir « appris beaucoup de choses pendant les 2 mois et demi de cours ».
« On a des professeurs qui ont une grande expérience. Ils l’ont partagée avec nous, et ça aide. On a eu des interventions sur le milieu maritime, la navigation, la réglementation, la pêche aussi. J’en connaissais une partie mais l’avantage, là, c’est qu’on a pu pousser les explications, avoir des détails. » Rino Jr Moearo est heureux d’avoir maintenant « un pied dans le monde de la mer ».

Il va lui falloir maintenant aller travailler, « je peux aller me présenter dès le début du mois de juillet. Il faut que j’aille en mer pour pouvoir évoluer, je veux goûter à la pêche en potimarara, en bonitier et en thonier ». Il a déjà contacté des armateurs.

(1) Brevet d’études du premier cycle