Reportage : Exercice SNP

En fin de formation Sécurité navires à passagers (SNP), les stagiaires mettent en application leurs acquis. En chemin vers le navire Tahiti Nui, le formateur Vatea Sitjar rappelle : « Cette formation a été mise à jour après l’accident du Concordia. Elle s’adresse aux marins, officiers, matelot mais aussi au personnel hôtelier à bord. Elle explique comme réagir et présente les moyens et outils en cas de crise à bord ».

Papa Terii, 30 ans, marin à Rangiroa, fait partie des stagiaires. Il veut « rester à jour » et il repasse le SNP. « La nouvelle session est plus stricte qu’avant » confirme-t-il. « Aujourd’hui on ne fait pas que visiter le bateau en exercice, on va faire des simulations. »

Justement, Vatea Sitjar rassemble les stagiaires. L’un d’eux est en train de consulter le plan du Tahiti Nui. Le formateur rapporte des talkies walkies, désigne « l’aire de jeu » et présente les acteurs. Ils sont huit et vont jouer les passagers.

Une première mise en situation a lieu. Les stagiaires sont répartis par équipe : leader, responsable du point de rassemblement, contrôleur évacuation et contrôleur des locaux. Les acteurs se prêtent facilement au jeu.

Après ce premier exercice, un deuxième est proposé, plus difficile et les stagiaires sont mis à l’épreuve. Certains, briefés au préalable, se cachent…, alors que d’autres ont des exigences parfois difficile à gérer en cas de danger !

Le formateur du CMMPF suit les opérations de près. Il apprécie le travail, corrige, aide, donne des conseils. Pour lui, comme pour les stagiaires, la possibilité de réaliser cette session de formation sur le Tahiti Nui, en situation à bord du navire, a un réel bénéfice pédagogique. Il remercie l’équipage du Tahiti Nui pour cette belle collaboration entre les acteurs du secteur maritime.




Formations associées