Manutea Flohr : « Mes activités vont de la mer à l’assiette »

Originaire de Vahitahi aux Tuamotu, Manutea Florh, 33 ans, suit une formation CIN (Certificat d’initiation nautique) au CMMPF dans le cadre du dispositif CAE rénové. Elle dure près d’un an avec une première partie pratique et une seconde théorique. Il envisage de poursuivre avec le brevet capitaine au large.

Comment as-tu entendu parler de la formation ?
« Je faisais du coprah aux Tuamotu. Mais j’ai pris conscience qu’il y a plus de richesses dans la mer. La Polynésie c’est la mer. Je suis arrivé à Tahiti en mars 2017 avec cette idée de devenir capitaine de bateau. Je suis allé au Sefi et tout s’est fait très vite, je ne pensais que ça allait s’enchaîner comme ça.»

 

C’est-à-dire ?
« Ils m’ont parlé de cette formation au CMMPF, le Certificat d’initiation nautique (CIN) pêche. J’ai fait une remise à niveau, en français, math et informatique avec le Grepfoc au mois de juillet avant de commencer la formation CIN-Pêche au CMMPF le 24 juillet. J’ai passé des examens entre le 2 et le 13 octobre 2017 à la DPAM avant de commencer les stages en entreprise. »

Où es-tu à présent ?
« Je suis chez Fresh Fish, je vais pêcher, je travaille le poisson, je prépare des plats. Mes activités vont de la mer à l’assiette. C’est très complet. Ce stage va durer jusqu’en juin. Et c’est grâce au contrat d’accès à l’emploi (CAE) rénové. Ce que je veux c’est être capitaine, je veux aller le plus loin possible. Quand on m’a demandé ce que je voulais faire et que j’ai parlé de mon projet on m’a dit qu’une formation allait s’ouvrir, je vais tout faire pour m’inscrire. »

Quelle est cette formation ?
« Celle de capitaine de pêche au large. Il faut le baccalauréat pour pouvoir s’y inscrire, je l’ai. Il y a une possibilité de renouvellement du CAE, ça va m’aider. J’ai beaucoup d’espoir. J’aimerais faire carrière dans ce métier, aller en mer. Je vais donc rester encore un peu sur Tahiti. Ensuite, en fonction des opportunités, je rentrerai peut-être aux Tuamotu. »